HISTOIRE ET PORTRAITS

L’aventure des Clefs d’Argent, c'est d'abord un coup de coeur entre Christophe, alors chef de partie au sein du prestigieux restaurant de Michel Sarran à Toulouse et Eugénie qui fait également partie de la brigade. Il se dit qu’une certaine sauce homard aux agrumes servie à Eugénie serait responsable pour beaucoup de leur coup de foudre !

CA_PICTO_TAUPE cc .png

Christophe

Le Chef étoilé

Du rêve d’enfance à la consécration

Aussi loin qu’il puisse s’en souvenir, le chef Christophe Dupouy a toujours eu pour passion d’être derrière les fourneaux. À 6 ans, quand les autres petits landais rêvent de devenir astronaute ou pompier, lui, dit à sa mère qu’il souhaite devenir cuisinier et faire plaisir aux autres à travers la cuisine.

 

Les années passent mais sa passion reste intacte. Et c’est au sein de très prestigieuses maisons que Christophe Dupouy fait ses armes durant plus de 15 ans. Sa première expérience notable se fait au Louis XV, à l’Hôtel de Paris de Monte Carlo, sous les ordres du géant de la gastronomie, Alain Ducasse, alors déjà honoré de trois étoiles Michelin. Il devient par la suite demi-chef de partie au sein de la brigade de Bruno Oger à Cannes puis chef de partie dans la cuisine doublement étoilée de Firmin Arrambide. Inlassablement il continue de peaufiner son expertise et sa vision de la cuisine gastronomique en intégrant l’équipe du restaurant étoilé du chef toulousain Michel Sarran, toujours en tant que chef de partie.

Un péché mignon ?

Le tartare de langoustine... Mais aussi la tarte au citron !

Et puis vint le moment effrayant mais tant exaltant de voler de ses propres ailes. Le moment de réaliser le grand rêve de cet enfant tombé si jeune amoureux de cet art qu’est la cuisine. En 2005, il revient à Mont de Marsan, dans les Landes, berceau de son enfance, pour ouvrir son restaurant et "aller chercher l'étoile"! 

 

Pour le chef Christophe Dupouy, la cuisine c’est avant tout un témoignage d’amour et d’amitié. C’est un moment de partage et d’échange qui reste gravé dans les mémoires collectives.

 

Sa vision unique de la cuisine gastronomique, ses sacrifices et ses efforts finissent par payer. 
En 2009, il est finalement consacré par sa première étoile Michelin en tant que chef en cuisine dans son propre restaurant, les Clefs d’Argent.

Christophe à Mimizan 1.jpg

Eugénie

L'âme de la maison

Des plaines du Benin à la Maison Étoilée.

Eugénie a vu le jour au Bénin, pays aux paysages d’une beauté digne des plus beaux reportages de National Géographic. La cuisine pour elle est un héritage sacré qui se transmet de mère en fille depuis des générations. Ses tantes et sa mère sont constamment aux fourneaux, si bien qu’elle ne tarde pas à les imiter. Au début, en jouant naïvement avec ses cousins puis en s’initiant aux spécialités béninoises, de sorte que la cuisine fut très vite une évidence à ses yeux.

 

Quelques années plus tard, arrivée en France pour ses études, elle débute par un diplôme commercial à Toulouse. Mais assez vite, elle prend conscience que son coeur bat pour une autre activité. Une activité qui la connecte directement aux personnes qu’elle aime le plus au monde… Elle s’oriente donc vers l’apprentissage de la cuisine toujours dans la ville rose. Sa rapidité d’apprentissage et son aisance lui font intégrer la brigade du chef étoilé Michel Sarran en tant qu’apprentie puis commis de cuisine. Elle terminera chef de partie sous les ordres du chef étoilé Stéphane Carrade. 

Et puis en 2005 vient le temps de s’émanciper des chefs étoilés et d’écrire sa propre légende. Le moment de créer un lieu où elle pourrait retrouver l’esprit de famille et cette générosité rayonnante si chère à son coeur. Elle forme avec son époux, le Chef Christophe Dupouy, un duo unique où ouverture d’esprit rime avec métissage des cultures et des saveurs. 

Pour elle, la bonne cuisine ne commence pas à la première bouchée. Elle commence au moment où les convives ouvrent la porte et ont le sentiment d’être accueillis par des amis chers.

 

Et c’est cette approche unique de l’accueil, son inébranlable bonne humeur et de son rire magique, qui leur ont permis en 2009 obtenir leur première étoile au guide Michelin.

Un péché mignon ?

Les «alokos», spécialité africaine à base de bananes plantains frites.